Imghan n Tensawt est un recueil de plus de 200 plantes avec un lexique kabyle-français-latin et plus de 450 photos pour aider à mieux les identifier. Le livre est enrichi d’illustrations représentant des signes et motifs berbères avec un lexique donnant leurs significations ainsi que de nombreuses utilisations connues et quelques recettes de cuisine. Toutes les plantes ont été photographiées dans les environs du village Tansawt (ouest Kabylie) et le contenu provient en grande partie des témoignages d’hommes et de femmes du village.

couverture double web
  • Si tassaft i d-giɣ asɣaṛ, mači d ddarya uɣanim
  • Ur ttili d-tazert a k-ččen, ur ttili d-ilili a k-ɣunfen
  • Ma ur teẓẓid tessirt, inas ma d-yeɣli wewren
  • Axir ad yeqqim d’asuki, wala a tyekrez yir ufellaḥ
  • Win yebɣan lǧǧennet, issew qeḍṛan d ilili
  • A wer d-yeǧǧ yiger-ik asennan, ma yeǧǧa-t-id ad temegreḍ-t
  • Ur yettxalaf mejjir aẓar
  • Acu tefeẓeḍ aɛemmi ? d lazuq n yilindi
  • Yal yiwen yeqqar d-ibawen-iw I yettewwan
  • Tizemrin nesɛa, maɛna laɛmer uriwent
  • Qeḍṛan mi yezwar s-imi, tamment ma tegra-d iwumi ?
  • Tenna-y-as teselent I tgelzimt: a tagelzimt tqerḥed-iyi, a kem ɣiḍeɣ
    terra-y-as-d tgelzimt: a weltma afus s-gem?
  • Tfuḥ taga, ewwan ibawen
  • Ur ttamen ara s uzberbur, ama yegzaw ama yeqqur
  • Win yewwi wasif, ad yeṭṭef deg umagraman
  • Yenna-y-as uɣyul, ǧǧ-i-yi kan ad tserseɣ icenfiren-iw af temẓin
  • Axxam-is ur s yezmir, lǧamaɛ yeṭṭef-as amezir
  • Izzenz amgud, yuɣ aḥriq – amgud (verger), aḥriq (boqueteau)
  • Aɣyul ma yenṭi ar iger, mkul ass ad yesniger
  • Win yesɛan irden, reṭṭel-as awren
  • Tenna-y-as ccetwa I wexlenǧ, semlil-i-tt, neɣ ad semlileɣ
  • Ad yekker usalas seg umagraman
  • Affar ffer-it, ifilku zzez-it
  • Akken yecbec iyerzeg ilili
  • Ayen yelhan d’uzzal, ayen n dir d uffal
  • D agudu I yessenkaren imɣi
  • Fres tazemmurt ad tuseqqi tarbut
  • Irden mi wwan, heggit imegran
  • Iruḥ ad ileqqem, yufa anebdu yeḥḍem
  • Lemmer takerza s wallen, win tufiḍ ad yesserwet
  • Lemmer tent-yessiḍin ufellah, ur tent-ikerrez-ara – ssiḍin=ḥseb
  • Lxir d uzzal, cceṛ d uffal
  • Mi tenger teslent ad teg aggersa

Sources:
“Proverbes berbères de Kabylie” / Sakina Aït Ahmed-Slimani / Edition L’Harmattan /1996
“Recueil de proverbes berbères” / Abdennour Abdesselam / ENAG Editions / 2010

Les ouvrages et publications sur les plantes de Kabylie avec un lexique en kabyle sont peu nombreux. Néanmoins, ceux qui existent sont d’une grande rigueur scientifique quant à l’identification des espèces et sont d’une grande richesse linguistique. Les publications du 19ème siècle sont vraiment exceptionnelles et plus particulièrement celles de Letourneux (1871), de Trabut (1890). Elles sont exceptionnelles du fait que les plantes sont identifiées avec des taxons précis mais aussi avec les indications sur le lieu géographique et les noms utilisés par les autochtones. Dans le cas de Trabut, les noms en kabyle, touareg et arabe populaire sont aussi indiqués. Les Pères Blancs ont contribué, quoique de façon modeste, en comparaison aux ouvrages des botanistes cités ci-dessus. Il n’empêche, la publication de Dallet (1963) dans les fichiers de documentations berbères est un véritable hommage à la relation qu’ont les villageois kabyles avec la nature qui les entoure et il a su montrer combien leur rythme de vie a été longtemps conditionné par le rythme de cette nature si riche pour les nourrir, les soigner et alimenter leurs animaux.

Au début du 21ème siècle Omar Kerdja ou Mohand Aït Youssef ont apporté d’excellentes contributions publiées en Algérie et en France. Ces publications sont salutaires s’agissant de recueillir des témoignages de personnes ayant encore une connaissance des plantes. Ce sont généralement les femmes car travaillant aux champs ou les potagers ou qui donnant les soins dans la famille. Les nouvelles générations ont tendance à déserter la nature ce qui est bien entendu dommage. On peut aussi citer l’encyclopédie de plantes utiles de Baba Aïssa (2011) écrite en français mais donnant les noms vernaculaires en arabe; et pour un certain nombre ce sont au fait des noms kabyles.
Il existe probablement d’autres ouvrages peu connus ou pas publiés.

Pour couvrir toute la Kabylie, il est important ou souhaitable d’avoir des contributions de toutes les régions tant la diversité linguistique est grande. Associés aux écrits du 19ème siècle et à ceux provenant d’autres régions de Berbérie, le patrimoine linguistique dans ce domaine ne sera alors que mieux sauvegardé.

La qualité scientifique des ouvrages est sans conteste primordiale pour faire accéder notre langue au niveau qu’elle mérite en tant que langue multi millénaire. Il est par contre tout aussi nécessaire de disposer d’ouvrages accessibles au grand public. Des herbiers accompagnés d’images et de photos permettent au grand nombre de mieux apprécier la beauté de la flore qui les entoure. Mon expérience personnelle tout novice que je suis dans le domaine de la botanique au sens scientifique du terme a été révélatrice de l’importance de beaux ouvrages pour accompagner ma formation. La disponibilité de beaux livres – mis d’ailleurs à disposition dans toutes les librairies et bibliothèques du monde – aideront à l’éducation et à la sensibilisation du plus grand nombre à la nature, et donc, à sa préservation.

« Imghan n Tensawt » comble cette lacune en étant, à ma connaissance, le premier livre à proposer un lexique kabyle imagé d’environ 200 plantes avec un lexique kabyle-français-latin et plus de 450 photos pour aider à mieux les reconnaître tout en restant le plus précis possible dans l’identification . Le livre est enrichi d’illustrations représentant des signes et motifs Berbères avec un lexique donnant leur significations ainsi que de nombreuses utilisations connues des plantes et de quelques recettes de cuisines. Toutes les plantes ont été photographiées dans les environs du village Tansawt (ouest Kabylie) et le contenu provient en grande partie des témoignages d’hommes et de femmes du village.

Lebqel

camlal
wazedduz
timcet n tegmart
tarnest
tibiwt
taɣeddiwt
mkaɛkaɛ
ccix n lebqul
mejjir
tamejjirt
tikfist
waẓṛila

Chrysanthemum segetum
Chrysanthemum Myconis
Erodium moschatum
Allium ampeloprasum
Ficaria calthifolia
Scolymus hispanicus
Chaerophyllum temulum
Borrago officinalis
Malva sylvestris
Lavatera trimestris
Medicago lupulina
Plante non identifiée

Chrysanthème des blés
Chrysanthème de Mykonos
Fausse mauve
Poireau sauvage
Ficaire fausse-renoncule
Scolyme d’Espagne
Cerfeuil penché
Bourrache
Grande mauve
Mauve royale
Luzerne lupiline
Plante non identifiée

Ad tcerweḍ imɣan akken ad yeqqim lktera d aɣeddu-nsen, ad ttwagesmen d
tubbiyin, ad fuṛen. Ad meččen akked seksu idehenen s zzit uzemmur.

Les plantes sont légérement effeuillées puis coupées en petits morceaux qui seront
ensuite cuits à la vapeur. A mélanger au couscous cuit lui aussi à la vapeur, et de
l’huile d’olive.

Lpari, amnir s teqbaylit s tefṛansist, Guide de Paris en kabyle et en français