Plantes de Kabylie au printemps – imghan n yeqbayliyen di tefsewt

[kad_youtube url=”https://youtu.be/U5u_G3veO1M” ]

 

Les ouvrages et publications sur les plantes de Kabylie avec un lexique en kabyle sont peu nombreux. Néanmoins, ceux qui existent sont d’une grande rigueur scientifique quant à l’identification des espèces et sont d’une grande richesse linguistique. Les publications du 19ème siècle sont vraiment exceptionnelles et plus particulièrement celles de Letourneux (1871), de Trabut (1890). Elles sont exceptionnelles du fait que les plantes sont identifiées avec des taxons précis mais aussi avec les indications sur le lieu géographique et les noms utilisés par les autochtones. Dans le cas de Trabut, les noms en kabyle, touareg et arabe populaire sont aussi indiqués. Les Pères Blancs ont contribué, quoique de façon modeste, en comparaison aux ouvrages des botanistes cités ci-dessus. Il n’empêche, la publication de Dallet (1963) dans les fichiers de documentations berbères est un véritable hommage à la relation qu’ont les villageois kabyles avec la nature qui les entoure et il a su montrer combien leur rythme de vie a été longtemps conditionné par le rythme de cette nature si riche pour les nourrir, les soigner et alimenter leurs animaux.

Au début du 21ème siècle Omar Kerdja ou Mohand Aït Youssef ont apporté d’excellentes contributions publiées en Algérie et en France. Ces publications sont salutaires s’agissant de recueillir des témoignages de personnes ayant encore une connaissance des plantes. Ce sont généralement les femmes car travaillant aux champs ou les potagers ou qui donnant les soins dans la famille. Les nouvelles générations ont tendance à déserter la nature ce qui est bien entendu dommage. On peut aussi citer l’encyclopédie de plantes utiles de Baba Aïssa (2011) écrite en français mais donnant les noms vernaculaires en arabe; et pour un certain nombre ce sont au fait des noms kabyles.
Il existe probablement d’autres ouvrages peu connus ou pas publiés.

Pour couvrir toute la Kabylie, il est important ou souhaitable d’avoir des contributions de toutes les régions tant la diversité linguistique est grande. Associés aux écrits du 19ème siècle et à ceux provenant d’autres régions de Berbérie, le patrimoine linguistique dans ce domaine ne sera alors que mieux sauvegardé.

La qualité scientifique des ouvrages est sans conteste primordiale pour faire accéder notre langue au niveau qu’elle mérite en tant que langue multi millénaire. Il est par contre tout aussi nécessaire de disposer d’ouvrages accessibles au grand public. Des herbiers accompagnés d’images et de photos permettent au grand nombre de mieux apprécier la beauté de la flore qui les entoure. Mon expérience personnelle tout novice que je suis dans le domaine de la botanique au sens scientifique du terme a été révélatrice de l’importance de beaux ouvrages pour accompagner ma formation. La disponibilité de beaux livres – mis d’ailleurs à disposition dans toutes les librairies et bibliothèques du monde – aideront à l’éducation et à la sensibilisation du plus grand nombre à la nature, et donc, à sa préservation.

« Imghan n Tensawt » comble cette lacune en étant, à ma connaissance, le premier livre à proposer un lexique kabyle imagé d’environ 200 plantes avec un lexique kabyle-français-latin et plus de 450 photos pour aider à mieux les reconnaître tout en restant le plus précis possible dans l’identification . Le livre est enrichi d’illustrations représentant des signes et motifs Berbères avec un lexique donnant leur significations ainsi que de nombreuses utilisations connues des plantes et de quelques recettes de cuisines. Toutes les plantes ont été photographiées dans les environs du village Tansawt (ouest Kabylie) et le contenu provient en grande partie des témoignages d’hommes et de femmes du village.

LetourneuxM O Debeaux Kerdjaimg193Fourment et RoquesBattandier

 

 

11 Commentaires

    1. Bonjour Dihia,
      Merci pour votre commentaire. “Awadhmi” est inconnu pour moi aussi. Mais vous l’avez lu où pour que je puisse le corriger ? C’est sûrement une erreur de frappe.
      Ar tufat di lehna
      Saïd Zidat

  1. tanmirt a mass zidat ɣef yissalen-a akk, tefkiḍ-aɣ-d agzul ɣef tezrawin akk imugen ɣef usentel n yimɣan, tanmirt aṭas aṭas, d acu kan idlisen-a yuɛer ad ten-tafeḍ aka tura, imi d iqdimen, ur ẓriɣ ara ahat illa win i ten-isɛan. tanmirt
    bɣiɣ kan ad d-nrnuɣ ɣef (la video) nni d-zuzreḍ uksawen, llan kra imɣan walaɣ-ten din maci akken i as-neqqar, aṭas yimɣan, daɣen kra yisemawen i d-tefkiḍ neqqar-it i yemɣi-nniḍe, da ur ẓriɣ ara ma ɣelḍeɣ nekk mi d-wwiɣ ismawen-nni, neɣ tella la variation kan, maca wa d ugur i wakken ad d-nefk isem-is n tidett n tefrensist, ttwaliɣ am akken ur i tefri ara deg taɣult-a!!!

  2. Azul a Karima,

    Tanemirt i wayen akka d turiḍ. Dayen yessefraḥen ɣef leqdic-a inu ɣef temsalt n yimɣan ɣas akken mači d lḥirfaw. Ad bduɣ s cwiṭ n unecraḥ. Nekk seg wi-d d iruḥen si tmurt aṭas aya, ayen d ttarun ilemẓyen s maziɣt aṭas degs ilaq-iyi usegzawal :-). Ladɣa nekk ixulḍen kra n iseggasen Muḥend U Yeḥia d yeqqaren: acu-tt tberbrit-a a l’ancien ! Di tidett tesɛam lḥaq, ilaq an ddu ɣer zdet acu kan ilaq s laɛqel akken ur nettaǧǧa ḥed !

    Ad uɣaleɣ ar usteqsi nni inem ɣef idlisen iqdimen. Anwi idlisen i tebɣiḍ ? amar zemreɣ a m ten-id-ceyɛeɣ imi kra degsen sɛiɣ ten s umasal taliktṛunit.

    Ma yella d tamsalt n yismawen s teqbaylit ittemxallafen seg umkan ɣer wayeḍ, akka i tderru i tutlayin ur nettwaru ara. Mi d squcuḍeɣ ismawen ɣer medden n taddart nneɣ tikwal ismawen ttemxallafen si tedrict ar tayeḍ fiḥel m nessebɛed… Ma nernu ismawen n tmaziɣt, leqdic ad yuɣal meqqer nez̧z̧eh. Tzemreḍ ay i d tiniḍ imɣan twalaḍ s yismawen nniḍen deg wayen d nniɣ ?

    Ɣeɣ yismawen s teqbaylit, bdiɣ yiwen n leqdic ɣef kab.wikipedia.org sarrameɣ ad ttekkin aṭas iwiziwen. Twalaḍ ‘lexique des plantes’ di le site-a inu ?

    Tanemirt

  3. tanmirt-ik aṭas a mass, nessaram ad aɣ-ifsusent timsal sya d asawen, acku taɣulta n yimɣan, tewɛer i wsqerdec, akken d-tenna yiwet temɣart imɣan d tudert
    .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *